Bac 2016 : des mesures pour lutter contre le phénomène des « lycéens sans lycée »

C’est Noël avant l’heure pour les bacheliers ! D’abord, les candidats qui ont manqué le coche l’année dernière pourront bel et bien conserver leurs notes supérieures ou égales à la moyenne. Ensuite, les recalés auront désormais le droit de retenter leur chance dans leur établissement d’origine. Objectif ? Limiter le phénomène récurrent des « lycéens sans lycée ». Décryptage…

Le droit de conserver ses « bonnes » notes

Les bacheliers en ont rêvé, le journal officiel l’a annoncé ! Mardi 27 octobre, les élèves français se sont curieusement précipités sur le journal officiel du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, et pour cause. Les recalés des épreuves de 2015 verront leur charge de travail considérablement allégée, puisqu’ils pourront désormais faire « l’impasse » sur les matières validées. Cette mesure, initialement destinée au baccalauréat pro, s’applique à présent également au bac général et technologique. A noter qu’il ne sera possible de conserver ses notes que si l’on se présente dans la même série du bac. Les candidats qui bénéficieront de cet allégement pourront prétendre à une mention, qui dépendra naturellement de la moyenne générale, anciennes notes inclues.

« Lycéens sans lycée »

La deuxième nouveauté de l’année scolaire 2015-2016 découle d’un constat alarmant : seule la moitié des candidats recalés du bac 2013 ont retenté l’examen l’année suivante. La lutte contre le décrochage scolaire peut prendre un tournant décisif cette année : il est désormais possible pour les élèves du public et du privé de se réinscrire d’office l’année suivante dans leur établissement d’origine. « Ce droit ne s’exerce qu’une fois », précise toutefois le décret. Cette mesure vient en renforcement de nombreuses initiatives lancées par le ministère de l’éducation qui visent à mettre un terme au phénomène grandissant des « lycéens sans lycée ». La balle est dans le camp des élèves !