Les études paramédicales : Formation bac+3

Kinésithérapeute, infirmier,  psychomotricien, ergothérapeute, orthoptiste …les métiers du paramédical représentent une alternative pour tous ceux qui aiment soigner, aider, écouter sans pour autant être prêts à suivre les longues années d’études que nécessite la Médecine.

Des métiers accessibles avec un bac+3

Les bacheliers S occupent une place de choix dans une dizaine de formations paramédicales, les études d’infirmier, d’ergothérapeute ou de podologue sont ouvertes aux autres filières. Cette liste non exhaustive représente des métiers paramédicaux  dont l’accès nécessite 3 ans de formation  à l’université ou dans des instituts publics ou privés.

  • Infirmier : les formations dans les différents Instituts de Formation en Soins Infirmiers publics ou privés, en partenariat avec les universités, dure 3 ans après le bac. A terme, les diplômés peuvent effectuer une spécialisation pour prétendre au métier d’infirmier anesthésiste, infirmier de bloc opératoire ou puéricultrice.
  • Kinésithérapeute : Ils sont plus de 40 instituts de formation en masso-kinésithérapie publics et privés qui préparent en 3 ans au diplôme d’Etat de masseur kinésithérapeute. Le recrutement des bacheliers S dans ces instituts est de l’ordre de 97%.
  • Audioprothésiste : la mission d’audioprothésiste consiste à appareiller les malentendants. Cette spécialisation est ouverte aux bacheliers S dans 7 établissements délivrant en 3 ans le diplôme d’État d’audioprothésiste
  • Ergothérapeute : Une vingtaine de centres de formation préparent en 3 ans après le bac au métier en délivrant le diplôme d’Etat d’ergothérapeute.
  • Orthoptiste : Pour devenir spécialiste des troubles de la vision, il faut décrocher le certificat de capacité d’orthoptiste de l’une des 15 universités qui forment à ce métier en 3 ans.

Le paramédical, un secteur qui recrute

Les métiers d’infirmiers et d’aides-soignants font partie des 10 professions les plus recherchées en France (selon la BMO 2013). En effet, la France connaît une véritable pénurie en matière  de soins infirmiers,suivis par les aides-soignants, les masseurs-kinésithérapeutes et les manipulateurs en électroradiologie médicale.

A l’avenir, les professionnels médicaux interviendront directement au domicile des patients. Une tendance qui favorisera le développement de nouveaux métiers à l’instar de celui de responsable de service de soins à domicile.

L’horizon professionnel est certes rose dans ce secteur, mais l’accès aux formations paramédicales reste très sélectif, surtout pour quelques métiers limités par un quota : Le numérus clausus.

 

Crédit photo: culture et formation